Événements spéciaux
Une Nuit blanche scintillante

Une Nuit blanche scintillante

Nuit de travail a séduit plus de 1 000 curieux le 1er mars dernier, dans le cadre de la Nuit blanche. Les spectateurs massés dans la cour extérieure du pavillon Judith-Jasmin assistaient avec intérêt à la performance de danse qui se déroulait dans les différentes vitrines qui donnent sur cette cour. Cette performance a été chorégraphiée par Deborah Dunn, chargée de cours au Département de danse, d'après un concept original d'Olympe Rabaté, Philomène Poulin et Stéphanie Leduc, étudiantes au DESS en design d'événements.
Photo : Julie Gauthier

Lire la suite
Samedi dernier, près de 6 000 noctambules ont participé aux activités qui se déroulaient sur le campus de l'UQAM, sous le thème Insomnie passagère, dans le cadre de la Nuit blanche. À cette occasion, le CDEx, la Galerie et le Centre de design de l'UQAM ont accueilli les visiteurs jusqu'aux petites heures du matin.
Prix et distinctions
Un jeune chef de l'UQAM choisi par l'Ensemble intercontemporain de Paris

Un jeune chef de l'UQAM choisi par l'Ensemble intercontemporain de Paris

Jean-Michaël Lavoie, étudiant au doctorat en études et pratiques des arts, sera le nouvel assistant-chef de l'Ensemble intercontemporain à Paris à compter de l'automne 2008. Lors de l'audition internationale du 7 mars dernier, le jury placé sous la présidence de Pierre Boulez, a choisi Jean-Michaël Lavoie pour seconder la directrice musicale Susanna Mälkki.

Lire la suite
Jean-Michaël Lavoie effectue ses recherches doctorales sur la pratique de la direction d'orchestre et sur la gestuelle du chef en tant que moyen de communication de son interprétation. André Villeneuve, professeur au Département de musique de l'UQAM, assure la direction de la thèse.
Prix et distinctions
Catherine Major, lauréate d'un Jutra

Catherine Major, lauréate d'un Jutra

Catherine Major, diplômée en musique, a mérité le prix Jutra de la meilleure musique pour le film Le Ring d'Anaïs Barbeau-Lavalette lors de la 10e édition du Gala des prix Jutra. La talentueuse auteure-compositrice-interprète vient de lancer son deuxième album Rose sang.
Prix et distinctions

Réal Bossé, lauréat d'un Jutra

Réal Bossé, diplômé en art dramatique, est le lauréat du Jutra du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans Continental, un film sans fusil.
Événements spéciaux
Gilles Pelletier, le chemin parcouru au FIFA

Gilles Pelletier, le chemin parcouru au FIFA

Regards d'artiste présente un 6e film sur l'une des figures marquantes du théâtre québécois, Gilles Pelletier. Rien ne le prédestine à une carrière d'acteur. Son enfance à la campagne oscille entre le travail aux champs et les plaisirs de l'eau. Mais, un déménagement imprévu le plonge dans le centre nerveux de Montréal, sur la rue Saint-Hubert. Son premier coup de théâtre l'attend tout près. Au fil du temps, deux convictions se forgent en lui : être un acteur et être un marin. Dans Le Chemin parcouru, l'homme de mer raconte ses soixante années de carrière avec plus d'une centaine de rôles à son actif.
Lire la suite

Le réalisateur Patrick Bossé possède un baccalauréat en communication profil cinéma de l'UQAM et termine une maîtrise en études cinématographiques à l'Université Concordia. Mélissa-Anne Cardona et Edwige Perrot, étudiantes à la maîtrise en théâtre et Stéphane Zarov, chargé de cours à l'École supérieure de théâtre, tous trois à l'UQAM, ont collaboré au film. Patrick Bossé est également le monteur et co-réalisateur du film sur André Brassard : Le Diable après les cuisiniers.

Dans le panorama actuel des documentaires, il n'existe quasiment rien portant sur tous ces artistes qui constituent depuis 30 ou 40 ans le paysage théâtral au Québec. Josette Féral, auteure de plusieurs ouvrages sur le théâtre et directrice de l'École supérieure de théâtre, et Paul Tana, réalisateur de plusieurs films et professeur à l'École des médias, ont fondé Paroles d'artiste afin de participer à la création d'une mémoire du théâtre. Jusqu'à maintenant, six films ont été réalisés, immortalisant sur la pellicule des personnes qui, par leur trajectoire originale et unique, ont dessiné le paysage théâtral au Québec de ces 50 dernières années. Tous ces films été présentés dans des festivals. Ce projet, financé par le Fonds québécois sur la société et la culture (FQRSC), permet à des étudiants en théâtre et en cinéma de l'UQAM de participer à la recherche, au montage et à la réalisation de cette série.

Les six films réalisés jusqu'à maintenant sont :
Jean-Pierre Ronfard : Sujet expérimental, réalisé par Annie Saint-Pierre
Le Père Machin (Paul Buissonneau), réalisé par Julien Fontaine
L'envers de madame Bec-sec (Huguette Uguay), réalisé par Sarah Fortin
André Brassard : Le diable après les cuisiniers, réalisé par Alexandra Oakley et Patrick Bossé
Paul Hébert : Le rêveur acharné, réalisé par Geneviève Albert
Gilles Pelletier, le chemin parcouru, réalisé par Patrick Bossé

Dans le cadre du Festival international du film sur l'art (FIFA)
Jeudi 13 mars à 19 h à la Place des arts
Dimanche 16 mars à 16 h 30 à la Cinémathèque québécoise
Prix d'entrée : 12 $
Événements spéciaux
Domestique au FIFA

Domestique au FIFA

Dans le volet Narration, voyez Domestique de Gabriela Golder, professeure invitée à l'École des arts visuels et médiatiques (EAVM). Des femmes cassent des assiettes en essayant de faire le plus de bruit possible. Demander la parole, faire du bruit, dire «ça suffit».
Lire la suite
Fatigue, soumission et libération. L'acte de casser des assiettes se veut symbolique : il s'agit de briser les idées préconçues sur la relation entre la femme et la sphère domestique.
Argentine / 2006 / Betacam / couleur / 1 minute 30 secondes / sans dialogue
Dans le cadre du Festival international du film sur l'art (FIFA)
Mardi 11 mars à 19 h
Institut-Goethe Séance no 69
Expositions et spectacles
Une exposition merveilleuse

Une exposition merveilleuse

Des questions d'identité, de mémoire, de perception, de rapport au corps et au quotidien sont au coeur de cette exposition qui s'articule autour de trois grands axes : systèmes, détournements et paradoxes. Monique Régimbald-Zeiber et Gisèle Trudel, professeures à l'École des arts visuels et médiatiques, coordonnent la mise en espace des travaux de 22 artistes de la relève, tous étudiants-finissants du Baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l'UQAM.
Lire la suite

Comment arriver, ensemble à concevoir Une Exposition merveilleuse ? De multiples stratégies seront déployées, témoignant de la diversité des pratiques et des approches autant que d'une énergie créatrice toujours en quête de sens. Ensemble, choisir et investir un lieu inconnu, y travailler pour une période de deux mois, c'est déstabiliser sa démarche de création, c'est accepter de composer et de jouer avec l'autre et avec l'imprévu. Rien n'est figé, tout pourrait être remodelé. Ainsi l'artiste s'expose.

Une Exposition merveilleuse
On prend d'assaut des lieux complexes, tantôt salle blanche, tantôt chantier, qui se traversent, se reflètent et se répondent. Ces lieux sont à la fois en marge du réseau de l'art contemporain et au coeur des enjeux qui l'occupent. Une Exposition merveilleuse tente de se détourner des conventions traditionnelles de diffusion par un contexte processuel qui se déploie dans le temps. Elle offre l'occasion d'échanger avec la relève dans une ambiance favorisant la discussion.

Vernissage 14 mars à 18 h
Du 15 au 29 mars
Heures d'ouverture : mercredi, samedi et dimanche 12h-17h; jeudi et vendredi 12h-20h
3520, rue St-Jacques, angle Rose-De-Lima, métro Lionel-Groulx

Expositions et spectacles
Yokoo Tadanori, affichiste

Yokoo Tadanori, affichiste

Le Centre de design de l’UQAM, avec le soutien de la Japan Foundation, présente Yokoo Tadanori affichiste, dans le cadre du 80e anniversaire des relations Canada-Japon. Soixante-dix affiches d’expositions, de théâtre, de cinéma, de concert et de promotion de divers lieux et événements illustreront les multiples approches de ce créateur qui a marqué l’histoire de l’affiche japonaise et internationale.

Lire la suite
Parcours artistique de Yokoo Tadanori

Au début des années 1960, plusieurs créateurs japonais se rebellent contre le style international dominant et le modernisme institutionnalisé. Yokoo Tadanori fréquente les milieux de la contre-culture et l'avant-garde émergente du théâtre japonais, aux côtés des graphistes Hirano Kôga, Kushida Mitsuhiro, Awazu Kiyoshi et Uno Akira. Il est l'ami intime de l'écrivain Yukio Mishima.

Yokoo Tadanori a inventé un langage éclectique, piochant joyeusement dans l'histoire, la culture populaire et l'iconographie tant locales qu'occidentales. Il parle de « dépasser le moderne en utilisant l'imagination pré-moderne ». Ses affiches des années 60 et du début des années 70 mélangent allègrement imagerie et atmosphère traditionnelles japonaises ainsi que pop art et art psychédélique anglais et américains. Son style résolument iconoclaste et baroque, à contre-courant de l'ascétisme et du minimalisme attendus, lui vaut l'attention internationale.

Les années 1970 sont marquées par un grave accident de la route et le suicide traditionnel de son ami Yukio, lesquels plongent Yokoo encore plus profondément dans ses réflexions sur la vie et la mort, les recherches spirituelles, l'ésotérisme, le mysticisme, l'intérêt pour la culture indienne, le bouddhisme et les extra-terrestres.

Avec les années 80, les velléités artistiques de Yokoo Tadanori l'amènent à une transformation radicale de sa production graphique. Son style intègre alors des touches empruntées à Chagall, Soutine ou Picasso et s'oriente vers un dessin à gros traits, marquant une rupture avec ses affiches antérieures.

Les années 90 vont voir, au contraire, un Yokoo renouant avec l'approche et le style qui ont fait son succès. Toutes les sources possibles de créativité sont explorées et l'ordinateur, le réalisme photographique, les bandes dessinées, les films d'action et de science fiction sont mis à contribution comme autrefois, auxquels s'ajoutent les techniques du collage, le constructivisme, le dadaïsme ou le surréalisme. Yokoo revendique le droit d'explorer toutes les possibilités, de traiter dans ses affiches de son MOI profond, de sa psyché, de ses émotions et de ses passions, de combiner design et art, et de réintroduire le romantisme de la mort, des rêves et de l'érotisme au cœur de la création.

Yokoo Tadanori
Né en 1936 à Nishiwaki, préfecture de Hyogo, près de Kobe, Yokoo Tadanori débute comme graphiste commercial dès 1954. À partir de 1956, il travaille au Kobe Shimbun Newspaper, puis au Nippon Design Center à Tokyo où il déménage en 1960. Il devient ensuite graphiste indépendant et fonde le Studio « Il fil » en 1964. Remarqué dès le milieu des années 1960, il expose en solo au MOMA de New York en 1972 et devient la figure de proue du « pop art » japonais. Depuis 1981, année où il débute sa carrière de peintre, ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées, dont le Stedelijk à Amsterdam, le Musée de l'Affichiste et la Fondation Cartier à Paris. Ses œuvres lui ont valu de multiples prix lors des plus prestigieuses biennales, dont celles de Varsovie, Brno et Tokyo. Yokoo Tadanori vit et travaille à Tokyo.

Photos

Du 13 mars au 13 avril 2008
Centre de design de l’UQAM
1440, rue Sanguinet, Montréal (métro Berri-UQAM)
Du mercredi au dimanche, de midi à 18 h – Entrée libre
Vernissage : mercredi 12 mars à 18 h
Renseignements : 514 987-3395 ou centre.design@uqam.ca

Expositions et spectacles

Ubu enchaîné

Exilés de Pologne, le père et la mère Ubu tentent de devenir les esclaves dont aucun maître ne voudra; quête de liberté individuelle absurde car, à bien y penser, c’est à partir du moment où l’on renonce complètement à sa propre liberté que l’on devient véritablement libre. Ubu enchaîné, texte de Alfred Jarry dans une mise en scène de Marc-Antoine Picard, est une production libre de l'École supérieure de théâtre.

Lire la suite
Après quelques embrouilles avec une armée d'hommes libres dirigés par un caporal despotique et loufoque, amoureux d'une jeune femme surprotégée par un vieil oncle sénile, le légendaire duo est envoyé en prison. Le père Ubu y soulève malgré lui une armée de forçats et sème, avec la mère Ubu, la pagaille dans toute la France.
Création présentée dans le cadre du cours Production libre et réalisée par des étudiants des profils Critique et dramaturgie, Scénographie et Jeu, sous la supervision d'un professeur.
Du 19 au 22 mars 2008 à 20 h
Matinée le 21 mars 2008, à 14 h
Studio-Théâtre Alfred-Laliberté
UQAM, Pavillon Judith-Jasmin (JM-400)
405, rue Sainte-Catherine Est, Montréal
Billets en vente à la billetterie de l’UQAM : 5 $
Renseignements et réservation : 514 987-3456
Publications
Deux nouveaux livres sur le patrimoine

Deux nouveaux livres sur le patrimoine

L'Institut du patrimoine de l'UQAM et les éditions MultiMondes annoncent le lancement de deux ouvrages.
Le temps et l'espace public urbain : construction, transformation et utilisation
, un collectif sous la direction de Yona Jébrak et Barbara Julien.
Patrimoine et guerre : reconstruire la place des martyrs à Beyrouth
, de Guillaume Éthier.
Pour en savoir plus http://www.multim.com/
Colloques et conférences

Hans D. Christ et Iris Dressler

DOCAM et Goethe-Institut Montréal présentent une conférence des commissaires d'art contemporain Hans D. Christ et Iris Dressler. La conférence se déroulera en anglais, mais la période de questions sera en français et en anglais.
Pour en savoir plus COM_Christ_Dressler.pdf

Mardi 18 mars 2008 à 19 h
Goethe-Institut
418, rue Sherbrooke Est
Entrée libre, mais places limitées
RSVP : 514 499-0159 ou info@montreal.goethe.org

Colloques et conférences

Bacchanale : initiation à l’incendie

À l'origine de Bacchanale il y a d'abord l'histoire d'une rencontre entre un auteur et un metteur en scène. Olivier Kemeid et Frédéric Dubois, deux voix affirmées qui se font clairement entendre dans le paysage à géométrie variable du théâtre québécois actuel, sont les invités de l'École supérieure de théâtre de l'UQAM.

Lire la suite
À ceux qui en doutaient d'ailleurs, ces deux créateurs affirment, avec ce spectacle, que le « théâtre québécois » existe bel et bien, et plus que jamais... Sous ses dehors de cérémonie antique, un univers que fréquente depuis longtemps Kemeid, Bacchanale s'inscrit également dans la suite des relectures que propose Dubois de la dramaturgie nationale. La rencontre de l'UQAM sera donc placée sous le signe de l'invention, mais aussi de l'héritage.

Olivier Kemeid est dramaturge, metteur en scène, comédien et directeur artistique d'Espace Libre. Bachelier en science politique et en philosophie de l'Université de Montréal, diplômé de l'École nationale de théâtre en écriture dramatique, il est membre fondateur des Trois Tristes Tigres, une compagnie de théâtre de création. Tout récemment il signait le texte et la mise en scène de L'Énéide (d'après Virgile), présenté sur les planches d'Espace Libre. Auteur en résidence au Festival des Francophonies en Limousin (2004) et à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon (2007), Olivier Kemeid est également membre du comité de rédaction de la revue Liberté.

Sorti du Conservatoire d'art dramatique de Québec en 1999, Frédéric Dubois a déjà plus d'une trentaine de mises en scène à son actif. Très impliqué dans le milieu théâtral de Québec, il a signé toutes les mises de scènes du Théâtre des fonds de tiroirs, dont il est fondateur et directeur artistique. Son adaptation de Zazie dans le métro de Raymond Queneau et sa mise en scène extérieure de Vie et mort du roi boiteux de Jean-Pierre Ronfard ont confirmé son audace et son talent à présenter des textes importants de la dramaturgie québécoise et d'ailleurs. Sa mise en scène de La librairie de Marie-Josée Bastien tourne depuis quatre ans sur toutes les scènes du Canada en anglais et en français.

Jeudi 13 mars 2008, de 12 h 45 à 14 h
Studio Claude Gauvreau, J-2020
Pavillon Judith-Jasmin, UQAM
Métro Berri-UQAM
Entrée libre

Colloques et conférences
Stéphane La Rue

Stéphane La Rue

L'Équipe du programme des Conférences ICI est heureuse de recevoir Stéphane La Rue. Dans une exposition inaugurée par la Galerie de l'UQAM et le Musée national des beaux-arts du Québec, Stéphane La Rue présente une série d'oeuvres réalisées entre 1993 et 2007. En tant que plasticien, l'artiste explore l'objet peint, la sculpture et le dessin dans une approche formelle, en s'intéressant particulièrement aux effets illusionnistes du tableau ainsi qu'aux phénomènes perceptuels enclenchés par le monochrome blanc.
Lire la suite

Stéphane La Rue détient une maîtrise en arts visuels de l'Université Concordia de Montréal ainsi qu'un baccalauréat en arts visuels de l'UQAM. Il a présenté son travail dans de nombreuses expositions en solo : Galerie Roger Bellemare en 2004 et 2006 (galerie qui le représente), Art Gallery of York University à Toronto en 2003 ; Musée d'art contemporain de Montréal en 2001. Il a aussi participé aux expositions de groupe, notamment Acquérir pour grandir (Musée national des beaux-arts du Québec en 2007), Montréal/Lyon, Libres échanges (Galerie Mathieu, Lyon, 2006), Drawing Now (511 Gallery, New York, 2006) et Peinture en liberté, Perspectives sur les années 1990 (Musée d'art contemporain de Montréal, 2003). L'artiste vit et travaille à Montréal.

Prochaines conférences de la session d'hiver 2008 du programme ICI
20 mars
Sancho Silva

27 mars
Annie Abrahams

Jeudi 13 mars 2008 de 12 h 30 à 13 h 45
Galerie de l'UQAM
Pavillon Judith Jasmin, J-R120
1400, rue Berri (angle Sainte-Catherine Est)
Métro Berri UQAM
Colloques et conférences

L'engagement : imaginaires et pratiques

L'association étudiante des cycles supérieurs en études littéraires de l'UQAM (AECSEL) organise un colloque réunissant des jeunes chercheurs autour de questions liées à la notion d'engagement. L'événement s'articulera autour de réflexions sur l'insertion de l'écrivain dans un système social et politique, ainsi que sur la fonction et le pouvoir des textes au coeur de ce même système. L'événement sera clôturé par une table ronde réunissant trois acteurs de la scène littéraire qui nous parleront de leur point de vue sur l'engagement, sur ses limites et ses possibilités.

Pour en savoir plus affiche_hd.jpg
Vendredi 14 mars 2008, de 9 h 30 à 18 h 30
Usine Grover, 2025 rue Parthenais (métro Frontenac)
Colloques et conférences

Rêves sans frontières

Joignez-vous aux rêveurs et rêveuses, aux thérapeutes, aux chercheurs, aux éducateurs et aux artistes des quatre coins du monde et partagez avec eux 4 jours d'ateliers, de conférences, d'expositions et d'événements explorant les rêves dans ses multiples facettes à travers des théories et des thérapies traditionnelles et innovatrices, l'expérience personnelle, la recherche scientifique, les traditions culturelles et traditionnelles ainsi que les arts.
Lire la suite
Au programme : plus de cent ateliers et événements couvrant tous les aspects du rêve, avec des sujets et des événements d’intérêt s’adressant tant au public en général qu’aux professionnels. Parmi les événements spéciaux il y aura notamment la cérémonie d’ouverture, l’exposition d‘œuvres d’art, le concours de télépathie par les rêves et le très couru Bal masqué.

Information 

LIEU
Hôtel Auberge Universel Montréal
5000, Sherbrooke est
Montréal, Québec, Canada H1V 1A1
Tel.: 514.253.3365, Sans frais : 1.800.567.0223
Demandez le rabais réservé aux participants au congrès de l’IASD.

Le congrès offre des crédits reconnus par certains programmes de formation continue à l’intention des psychologues, des thérapeutes M.F.T., des travailleurs sociaux et d’autres professionnels de la santé.

*Aux résidents canadiens: veuillez noter que les frais d'inscription sont payables en devises américaines. Si vous acquittez les frais par la poste, veuillez joindre à votre formulaire d'inscription un chèque certifié ou un mandat bancaire en dollars américains.*

25e congrès annuel de l'Association internationale pour l'étude des rêves
Du 8 au 12 juillet 2008
Appel de texte ou de projet

Concours ENSATT 2008

L'École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) est en période de recrutement. Ouvert en 2003, le département "Écriture Dramatique" accueille de jeunes écrivains pour une durée de trois ans.
Lire la suite
Collectif d'accompagnement critique des écrits en cours, ateliers de réflexion dramaturgiques et esthétiques, ateliers de traduction, comité de lecture, grands entretiens, stages, pièces jouées, publiées, rencontres internationales... Formation sanctionnée par le diplôme de l'école, de niveau bac + 5, à grade de Master.

Coordination : Enzo Cormann

Écrivains associés : Fabrice Melquiot, Jean-Pierre Siméon, Pauline Sales, Vincent Bady, Mathieu Bertholet.
Chercheurs, enseignants, praticiens (2008-2009) : Olivier Neveux, Mireille Losco, Gérald Garutti, Catherine Naugrette, Denys Laboutière, Dominique Laidet, Thibault Fayner.

Date limite d'inscription : 12 avril 2008
Renseignements : 04 78 15 05 23
ENSATT
4 rue Sœur Bouvier
69005 LYON
Règlements du concours
Appel de texte ou de projet

25 ans de sociologie de la musique en France

Ancrages théoriques et rayonnement international. Colloque international, Université Paris-Sorbonne, France du 6 au 8 novembre 2008.

Date limite pour envoyer les propositions de communication (400 mots maximum) accompagnées d'une courte notice biographique (100 mots environ) : 15 mars 2008
Information : Cécile Prévost-Thomas

Appel de texte ou de projet

Fortunes des oeuvres d’Ancien Régime

Le VIIIe colloque jeunes chercheurs du Cercle interuniversitaire d'études
sur la République des Lettres (CIERL) aura lieu à l'Université du Québec à Rimouski les 13-14 juin 2008 et portera sur le thème Fortunes des œuvres d'Ancien Régime /Lectures et réceptions avant la Révolution.
Lire la suite
Les théories de la réception de l'école de Constance, en mettant l'accent non plus sur la production des œuvres, mais bien sur leur réception, ont permis un renouveau dans les études littéraires en général et en histoire littéraire en particulier. La conception de la littérature comme phénomène a permis à l'histoire littéraire de revoir entièrement ses méthodes et de rompre définitivement avec le lansonisme. Cette approche, grâce, entre autres, aux notions d'horizon d'attente, d'écart esthétique, de fusion des horizons, est particulièrement intéressante dans le cas spécifique de l'Ancien Régime puisque les œuvres sont souvent reçues avec un important décalage. Les Mémoires de Marguerite de Valois sont un exemple éloquent de cet écart temporel qui sépare la rédaction (1593-1603) de la réception (1623). Bien que la reine Marguerite soit la princesse emblématique de la Renaissance, l'œuvre grâce à laquelle elle est passée à la postérité appartient davantage au XVIIe siècle. De même, les lettres de Madame de Sévigné, écrites au début du règne personnel de Louis XIV, ne seront publiées qu'à partir de 1725. Enfin, plusieurs des grands textes hétérodoxes écrits à la fin du XVIIe ou au tout début du XVIIIe siècle alimenteront les presses clandestines, et notamment celles de « l'atelier holbachique », dans les vingt années précédents la Révolution, comme le montre le destin éditorial des Difficultés sur la religion, manuscrit clandestin rédigé dans les années 1710 et publié sous le titre du Militaire philosophe en 1768.

Ainsi, l'Ancien Régime, par-delà les institutions qui lui confèrent son unité, tend à être défini par les filiations et les continuités qui se construisent à travers les siècles à partir de la réception des œuvres qui s'ancre soit dans un respect de la tradition d'interprétation, soit dans un bouleversement de l'horizon d'attente du lecteur. Il s'agit de voir comment les œuvres de cette époque ont été lues, interprétées et reçues par les générations successives de lecteurs jusqu'à la Révolution, en étudiant tel ou tel jalon particulièrement significatif. En effet, les imprimeurs, les éditeurs et le lectorat ont contribué tantôt à la redécouverte d'œuvres oubliées ou censurées, tantôt à la constitution de canons et tantôt à la permanence d'une tradition. Rabelais, par exemple, dont les écrits ont été mis à l'index à son époque, a été maintes fois réédité aux XVIIe et XVIIIe siècles, qu'il s'agisse du Véritable Rabelais réformé (1697) de Jean Bernier ou du Rabelais moderne (1752) de l'abbé de Marsy. On peut aussi penser à la vaste collection universelle des Mémoires particuliers relatifs à l'histoire de France dont la publication, entreprise en 1750, a modelé la manière dont seront lus certains textes, telles les chroniques de Joinville et de Commynes désormais reçues comme des Mémoires.

Pour aborder cette problématique, quatre axes de recherche sont proposés :
1) Diffusion (rééditions, modernisation, traduction, expurgation, etc.);

2) Imitation (parodie, pastiche, innutrition, centon, etc.);

3) Filiation (revendication de précurseurs ou rejet de prédécesseurs, etc.);

4) Interprétation (commentaires, annotations, paraphrases, préface, etc.).
Le comité d'organisation étudiera également les propositions libres.

Le VIIIe colloque du CIERL se tiendra les 13 et 14 juin 2008, à l'Université du Québec à Rimouski. Les communications inédites ne devront pas dépasser les vingt minutes allouées à chaque participant.
Les propositions d'intervention doivent nous parvenir avant le 31 mars et  comporter :

· les nom et prénom du chercheur, son niveau d'études (maîtrise, doctorat, postdoctorat), son affiliation universitaire et ses coordonnées complètes;

· le titre et le résumé (100-300 mots) de la communication proposée.

Information
VIIIe colloque jeunes chercheurs du CIÉRL Département de lettres
Université du Québec à Rimouski
300, allée des Ursulines, C.P. 3300
Rimouski (Québec) G5L 3A1

 

Date limite : 31 mars 2008
Adresse : audetleblanc@hotmail.com
Bourses et concours

Deux concours de bourse du CRILCQ

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) - Université de Montréal offre deux bourses.

Bourse postdoctorale
Valeur de 20 000 $

Bourse Jean-Cléo-Godin
Valeur de 7 000 $ (bourse offerte à une étudiante ou un étudiant à la maîtrise ou au doctorat de l'extérieur du Québec et dont les recherches portent sur la littérature québécoise)

Date limite : 31 mai 2008
Appel de texte ou de projet

Concours annuel de la SQET

La Société québécoise d’études théâtrales (SQET) reçoit des textes inédits pour son concours annuel du meilleur article. Le concours est ouvert tant aux chercheurs chevronnés qu’aux jeunes chercheurs. L'article primé par le jury est publié dans la livraison d'automne de L'Annuaire théâtral et son auteur reçoit un prix de 500 $.

Date limite : 1er mai 2008
Directeur de L'Annuaire théâtral : annuaire@uottawa.ca
Précisez qu’il s’agit d’un article pour le concours
Offres d'emploi
Professeur de théâtre

Professeur de théâtre

La Faculté des arts de l'Université d'Alberta sollicite des candidatures pour un poste de professeur de théâtre.
Date limite : 10 avril 2008
Date d'entrée en fonction : 1er juillet 2008
Offres d'emploi

Professeur de musique

Le programme de musique de l'Université Carleton sollicite des candidatures pour un poste de professeur spécialisé en composition de jazz ou de musique populaire.

Date limite : 1er mai 2008
Date d'entrée en fonction : 1er juilllet 2008
Prof. Bryan Gillingham, Director
School for Studies in Art and Culture
Carleton University
1125 Colonel By Drive
Ottawa, Ontario K1S 5B6
Information : bryan_gillingham@carleton.ca